SORDE L’ABBAYE
eau   village   de   caractère   situé   au   sud   des   Landes,   Sorde-l’Abbaye   offre   un   patrimoine historique    très    ancien    d’une    richesse    rare    en    Aquitaine.    Enserré    entre    un    coteau calcaire   aux   pentes   abruptes   et   le   gave   (rivière   pyrénéenne)   d’Oloron   au   sud   et   de   Pau au   nord   avec   ses   digues   et   ses   petites   îles,   le   site   s’est   développé   dans   un   cadre géographique    très    avantageux    qui    permit    l’installation    précoce    et    durable    d’une communauté humaine en ces lieux. L’empreinte   humaine   y   est   visible   en   quasi-continuité   depuis   la   période   paléolithique (15   000   ans   av.   J.-C.)   à   nos   jours   :   abris   préhistoriques   de   renommée   scientifique mondiale   (pièces   magdaléniennes),   vestiges   de   villas   gallo-romaines   (thermes   et   bel ensemble   de   mosaïques   du   IV e    siècle),   abbaye   du   X e    siècle   et   hôpital   de   pèlerins,   vieux bourg    et    ses    remparts    sont    des    éléments    significatifs    des    grandes    périodes    de l’évolution humaine. Le   site   est   reconnu   par   les   institutions   en   charge   du   patrimoine   :   bâtiments   classés par   le   ministère   de   la   Culture   au   titre   des   Monuments   Historiques   et   abbaye   inscrite sur   la   liste   du   Patrimoine   Mondial   de   l’Humanité   dans   le   cadre   du   classement   des Chemins   de   Saint-Jacques-de-Compostelle   en   France   (elle   représente   ainsi   avec   les   71 autres   monuments   historiques   sélectionnés   un   jalon   notable   sur   l’une   des   4   routes qu’empruntaient   les   pèlerins   en   France).   Le   site   de   Sorde-l’Abbaye   est   véritablement un lieu de référence pour la découverte du patrimoine jacquaire dans notre région.
B
ORTHENSES Maïté LABEYRIOTTE “Dussaoût” 40300 Peyrehorade aortenses@wanadoo.fr

SORDE LA ROMAINE

SORDE CITE MEDIEVALE

L’ABBAYE SAINT JEAN DE SORDE

L’ABBAYE

CRYPTOPORTIQUE                                                

ET SES 14 GRANGES BATELIERES

LA MAISON DES ABBES

SORDE DU XVIè A NOS JOURS

AUTRES LIEUX

CANAL DU MOULIN ET SES EAUX VERTES LES REMPARTS FONTAINES BOURGNEUF ET LE LAVOIR LE POUN
De     la     conquête     romaine,     surgit     Sordo     ou     Sordi, agglomération   gallo-romaine   et   étape   de   la   voie   romaine reliant     l’Espagne     à     Bordeaux     (itinéraire     d’Antonin).Le passage   de   cet   important   itinéraire   a   laissé   subsister   des vestiges   exceptionnels   :   deux   villas   gallo-romaines.   L’une, la   villa   Barat-de-Vin,   est   située   près   de   la   voie   romaine; l’autre   est   située   au   cœur   du   bourg   actuel   sous   l’ancienne abbaye bénédictine.
Une   agglomération   modeste   s’était   maintenue   autour   de   la villa    Barat-de-Vin.    L’antique    cité    dût    sa    renaissance    à    la fondation   de   l'abbaye   bénédictine   Saint-Jean-de-Sorde   au moins   au   X e    siècle   (on   sait   qu'elle   existait   avant   975)   .   Elle est   l’une   des   plus   anciennes   de   Gascogne   et   connut   bien des   destructions   comme   celle   de   Cagnotte   et   d'Arthous, ses   voisines.   Autour   de   l’abbaye,   la   cité,   érigée   en   bastide en   1290,   s’est   peu   à   peu   construite,   développée,organisée. Sordi     devint     Sordua,     une     importante     cité     médiévale fortifiée,   un   centre   religieux   et   économique   d’assez   grande importance.
Cet   ensemble   architectural   unique   est   situé   au   cœur   du Vieux    Bourg,    en    bordure    du    Gave    d'Oloron.    L'abbaye bénédictine   domine   le   site   avec   majesté   et   s'inscrit   dans   un cadre naturel d'un charme exceptionnel.

Elle  

a  

conservé  

les  

vestiges  

de  

toutes  

les  

périodes  

de  

son

histoire   

(de   

l’époque   

romane   

au   

XIX

e

   

siècle)   

et   

forme

aujourd'hui   

un   

ensemble   

très   

hétéroclite.   

Le   

chevet   

l'est),  

une  

abside  

flanquée  

de  

deux  

absidioles,  

est  

la  

partie

romane la plus ancienne (XI

e

 siècle).

SORDE ET SON HISTOIRE

L’EGLISE

Bénédictine
Les   bâtiments   conventuels   sont   accolés   au   sud   de   l’église. Première   construction   du   X e    siècle   sur   les   fondations   d’une villa   gallo-romaine,   détruite   au   XVI e    siècle   par   les   guerres de    religion.    Reconstruction    au    XVII e     siècle,    détruite    à    la Révolution   française.   Les   ruines   actuelles   datent   du   XVIII e   siècle.    A    l’entrée,    un    jardin    médicinal    a    été    reconstitué. L’ensemble   s’organise   autour   du   cloître   et   d’une   cour   ;   au sud,    deux    étages    en    sous-sol    se    développent    sous    une terrasse surplombant le gave.
On    y    accède    par    un    escalier    conduisant    à    un    passage souterrain    qui    débouche    sur    une    galerie    à    arcades.    Cet ensemble   unique   en   France   fut   construit   au   XVIII e    siècle.   La galerie   de   dix-sept   travées   donne   accès   à   14   caves   et   à   un escalier      conduisant      à      un      étage      inférieur.      Là,      un embarcadère     s’ouvre     sur     le     gave     par     une     porte     ;     il accueillait   les   denrées   apportées   par   voie   d’eau,   qui   étaient ensuite stockées dans les caves.
Accolée   au   monastère,   on   y   accède   par   un   passage   sous   un porche.   Le   bâtiment   actuel   date   du   xvi e    siècle.   Il   a   été   élevé sur   les   restes   du   bâtiment   médiéval,   eux-mêmes   implantés sur   les   ruines   d'une   villa   gallo-romaine   (voir   plus   haut).   De style   Renaissance,   il   est   composé   de   2   corps   de   bâtiment   et d'une    tourelle    contenant    un    escalier    à    vis.    L'imposante façade   avec   ses   belles   fenêtres   à   meneaux   et   sa   tour   évoque l'opulence   des   abbés   commendataires.   L’intérêt   principal   de ce    bâtiment    réside    dans    la    conservation    à    l’intérieur    des thermes gallo-romains et des magnifiques mosaïques. LE SITE SE VISITE LORS DES JOURNEES DU PATRIMOINE OU D’ARCHEOLOGIE
Les    événements    tragiques    n’épargnèrent    pas    la    cité    des moines   de   Saint-Benoît.   Au   cours   des   guerres   de   Religion, l’abbaye    fut    mise    à    sac,    pillée,    incendiée.    Des    travaux    de restauration    de    l’abbaye    furent    entrepris    jusqu’au    XVIII e   siècle.   La   Révolution   de   1789   entraîna   une   nouvelle   et   ultime destruction   de   l’abbaye.   Les   moines   quittèrent   Sorde   le   5 juin 1791. Leurs biens furent confisqués et dispersés.

SORDE DE NOS JOURS

en savoir + en savoir +

VISITER

Il    faut    remonter    très    loin,    dans    la    nuit    des    temps préhistoriques,    pour    découvrir    l’origine    de    Sorde.    Les premiers    hommes    qui    vécurent    sur    le    territoire,    des peuplades   nomades,   séjournèrent   dans   les   quatre   abris préhistoriques   (Dufaure,   Duruthy,   Petit   Pastou   et   Grand Pastou)   creusés   dans   la   falaise   du   Pastou   face   aux   eaux du gave d’Oloron.

SORDE A LA PREHISTOIRE

(Magdalénien, -12 000 ans)

en savoir + en savoir + en savoir + en savoir + en savoir + en savoir + en savoir + en savoir +
Textes écrits par Isabelle SAPHORE
Pour plus de précisions, nous vous conseillons de consulter les deux publications de l’association Mosaïque
en savoir + en savoir +
Crédit photos de Françoise LABORDE

Vidéo de Pierre Aubineau